Le peuple iranien s’est mis en marche

Les événements qui se déroulent en Iran et la mobilisation du peuple iranien pour la défense de ses droits demandent l’attention et la solidarité de l’ensemble des militants et tendances du mouvement ouvrier et démocratique international. Et aussi une discussion sur l’évolution de la « révolution iranienne ». Ci-dessous une première contribution dans ce sens.

Le peuple iranien s’est mis en marche contre la dictature et pour son droit à disposer de lui-même.
Depuis l’élection présidentielle, à laquelle avaient participé 80% des électeurs, le peuple iranien descend dans la rue pour dire non aux résultats truqués par la clique d’Ahmadinejad et pour le respect de son vote, c’est-à-dire pour le respect de la démocratie qui est incompatible avec la dictature. Jour après jour, par millions, les Iraniens, au péril de leur vie, et dans plusieurs villes du pays, exigent le respect de leurs droits et des slogans contre la dictature apparaissent. Comme le constate un journaliste, les vannes du mécontentement sont ouvertes.

Ce mécontentement vient de loin. Ces dernières années, malgré la répression, des grèves ont eu lieu dans plusieurs secteurs. En mai 2008, 6 000 ouvriers de l’usine du sucre de Haft tapeh à Chouch avaient fait grève pour une augmentation des salaires et pour la libération de certains d’entre eux.

Rejoints par une partie de la population, ils avaient également reçu le soutien du syndicat indépendant des ouvriers iraniens et d’ouvriers d’autres entreprises. En juin de la même année, des milliers d’ouvriers de l’usine Iran Kodro étaient en grève pour une augmentation des salaires et contre les emplois précaires. Puis en avril 2009, ce fut au tour des enseignants de se mettre en grève pour leurs salaires.

Par conséquent, le mouvement actuel du peuple iranien n’est pas le fruit du hasard : longtemps contenu, il exprime ouvertement sa volonté d’en finir avec l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat, d’en finir avec la flexibilité du travail et les privatisations, d’en  finir avec l’accroissement des inégalités et avec le régime qui conduit le pays à la catastrophe.

Manifestation après manifestation, les Iraniens deviennent un être collectif qui sait ce qu’il ne veut plus. C’est précisément ce qui inquiète le pouvoir et tous ceux, qui à des titres divers, ne veulent pas la fin de la dictature. Le pouvoir est divisé : c’est ce que reconnaît lui même l’ayatollah Khamenei lorsqu’ il déclare que des différences d’opinion existent au sein des autorités et qu’il tente de se rassurer en affirmant qu’ il n y a pas de cassure au sein du système.
Pour sa part, le candidat Hossein Moussavi réclame le respect du vote mais dans le même temps il déclare: « nous ferons tout sacrifice nécessaire pour préserver le régime. Nous ne sommes dans la rue que pour obtenir nos droits, nous voulons seulement récupérer nos votes ». C’est ce qui explique que Hossein Moussavi ait appelé, plusieurs fois. à ne pas manifester, directives non suivies par le peuple. Comme le dit un journaliste iranien « la vague est plus grande que lui ».
Une puissante vague qui vient de loin, un peuple qui descend dans la rue, un pouvoir qui ne peut plus dominer comme qu’avant, on a là les ingrédients d’une révolution qui commence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s